Pour le Steaua Bucarest, ce sera le titre ou rien !

Actuellement en stage de préparation dans les Carpates depuis dimanche, le Steaua tente de se préparer sereinement pour la deuxième partie de saison.  Le club au 24 titres nationaux, désormais revenu au premier plan, ne souhaite qu’une seule chose : des trophées. 

Comme les autres équipes de SuperLiga, le Steaua a du composer avec la neige qui a bloqué le pays pendant plusieurs jours. L’équipe professionnelle a repris l’entrainement le 11 janvier, soit deux jours après la date prévue. Le stage se déroule au complexe Forban qui permet à toutes les équipes du Steaua omnisports de se préparer en altitude. Les joueurs de Cristian Petre y resteront jusqu’au 3 février. Ils quitteront ensuite les hauteurs pour un nouveau stage jusqu’au 10 février dans les environs de Bucarest. Cette longue préparation ne sera pas de trop pour panser les plaies de la douloureuse défaite en finale de Coupe du Roi en décembre dernier. « Cette défaite a été difficile à encaisser mais il faut se remettre au travail si on veut remporter le championnat » explique Cristian Petre.

Le club historique de l’armée refuse de regarder dans le rétroviseur et aborde le printemps en tête de la SuperLiga à égalité de points avec Timisoara. « Avec le recrutement du CSM, le titre devrait se jouer entre Baia Mare, CSM, Timisoara et nous-même » selon Cristian Petre. « Notre objectif ne peut qu’être la finale et la gagner« . Le Steaua débutera en douceur la phase retour de SuperLiga le 25 ou le 26 mars à Cluj.

Coté transferts, le Steaua n’a perdu aucun de ses joueurs pendant l’hiver et souhaite se renforcer surtout devant. « On va recruter un deuxième ligne, un troisième ligne, un centre, j’ai également demandé un autre deuxième ligne », explique l’entraîneur en chef. Il faut dire que le club a beaucoup souffert en deuxième ligne depuis l’été dernier. Le club avait pourtant recruter le Géorgien Amirani Chiteishvili de l’Aia Koutaïssi mais a clairement été déçu par le joueur qui a finalement quitté le club pendant l’été. « Il ne convenait simplement pas aux standards de l’équipe » explique le manager Bogdan Marinescu. Entre les blessures et les recrutements ratés, Cristian Petre a dû composé en deuxième ligne pendant la Coupe du Roi, notamment en finale où Viorel Lucaci avait débuté en 4. Le club a recruté exclusivement à l’étranger, essentiellement en Afrique du sud. Les annonces sont attendues début février, une fois les visas obtenus.

Le club poursuit donc son recrutement tout azimut débuté l’an dernier. L’été avait été marqué par les arrivés en provenance d’Italie (Vlad Badalicescu, Petru Tamba, Dennis Perju, Florin Surugiu et Florin Vlaicu) mais également d’Afrique du Sud (Quinton Crocker) et de Géorgie (Levan Genebashvili, Amirani Chiteishvili). Quelques mois auparavant, Alex Gordas, Nicolae Nere, Mikheil Archuashvili, Kuselo Moyake et Sefo Sakalia avaient posé leur valise dans la capitale roumaine. Si le recrutement de Petru Tamba fût un véritable échec, le pilier mettant un terme à sa carrière pour problèmes personnels, celui de Florin Surugiu et Florin Vlaicu s’est révélé comme le jackpot de ces derniers mois. « Florin Surugiu a fait une saison extraordinaire, il y a deux ans, il n’était plus en sélection, cela l’a beaucoup touché. Il a beaucoup travaillé et a finalement retrouvé l’équipe de Roumanie« , explique Cristian Petre.

« Les jeunes de Fédérale 1 ont leur place en SuperLiga »

Du coté des joueurs étrangers, l’ouvreur sud-africain Quinton Crocker, ancien joueur des Sharks en Currie Cup n’a pas répondu, pour le moment, aux espoirs portés sur lui. « On attend clairement plus de lui, ce n’est pas toujours facile de s’intégrer pour les étrangers. J’ai eu une discussion avec lui, il garde toute ma confiance« , poursuit Cristian Petre. L’international tongien Sefo Sakalia, arrivé comme talonneur a finalement surtout été utilisé comme troisième ligne. « C’est un joueur polyvalent qui aime le contact, il a même joué au centre pendant la saison, il se débrouille très très bien en troisième ligne« . On peut parfaitement comprendre le choix du technique roumain quand on possède un talonneur comme Levan Genebashvili. Le joueur de 29 ans a probablement réalisé la plus belle année de sa carrière couronnée par une place dans le meilleur 15 de SuperLiga.

Quelques jeunes joueurs ont également marqué le début de saison du Steaua, notamment le pilier Alex Gordas pour qui son entraîneur ne tarit pas d’éloge. « Alexandru va devenir un très bon international. Il a une énorme capacité de travail. Même si il est remplaçant, il doit se comporter comme un titulaire« , explique Cristian Petre. Le Steaua a également confié le poste d’ouvreur à un petit génie de 19 ans, Tudor Boldor, destiné selon son entraîneur à un grand avenir. « Les choses peuvent monter rapidement à la tête pour les plus jeunes, mais il a toute la confiance du staff. Il ressemble beaucoup à Florin Vlaicu qui a commencé très jeune en équipe nationale. Tudor écoute beaucoup Florin, il ne va pas tarder à arriver en équipe de Roumanie, d’ici un an ou deux ans, il aura la maturité nécessaire. » selon Cristian Petre.

Le recrutement se dirige, pour le moment, vers l’Afrique du sud, mais le Steaua aimerait devenir précurseur. Et l’évolution des salaires en salaire en SuperLiga fait que la signature de joueurs français n’est plus du tout inenvisageable. Cristian Petre qui a évolué plus de 10 ans en France a son idée sur la question. « Les jeunes joueurs de Fédérale 1 ont leur place en SuperLiga, les joueurs français ne comprennent pas encore le rugby roumain, mais si deux ou trois joueurs arrivaient en Roumanie, ils feraient office de pionniers« . L’arrivée de joueur français pour la saison 2017-18 semble tout à fait réalisable.
En attendant, la star du Steaua Eseria Vueti pourrait devenir international roumain en juin prochain. Le Steaua a entamé les démarches pour le faire reconnaître en tant que joueur éligible et ainsi libérer une place de joueur étranger.

Le Steaua est bien parti pour jouer deux matchs de préparation contre le CSM Bucarest et Baia Mare, le 11 et le 18 mars. Cristian Petre aimerait également jouer contre Timisoara le 4 mars.

Crédits photo : steauarugby.com

Une pensée sur “Pour le Steaua Bucarest, ce sera le titre ou rien !

Commentaires fermés.