La Roumanie remporte le Tournoi Rugby Europe dans la confusion

La Roumanie a remporté son premier Tournoi B depuis 2010 en battant la Géorgie (8-7) ce dimanche à Bucarest. La rencontre a été loin des standards attendus. La Géorgie perd son pari de réaliser le grand chelem avec une équipe remaniée.

Ce dimanche à Bucarest, le manque de professionnalisme des officiels, tant des fédérations concernées que de Rugby Europe, a éclaté en plein jour. En étant incapable de désigner le bon vainqueur de la competition, les organisateurs du tournoi ont fait perdre tout crédit au travail de promotion effectué ses derniers mois auprès des mass médias. Malheureusement pour les nations de deuxième niveau, l’histoire se répète. Il y a deux semaines, le Tournoi des Amériques connaissait un final rare mais également prévisible. Les Etats-Unis égalisaient à la dernière seconde de leur rencontre face à l’Argentine en inscrivant un quatrième essai. L’Argentine fût annoncé vainqueur du tournoi, mais quelques minutes plus tard, on réalisait que les Etats-Unis avaient remporté le Tournoi grâce au point de bonus obtenu. Les nations « mineures » ne peuvent plus se permettre de telles imprécisions.

Ce à quoi nous avons assisté ce dimanche n’est que le reflet d’une absence totale de préparation, celle-ci avait déjà été observée à plusieurs reprises les saisons précédentes. Il est tout à fait inadmissible qu’aucun document sur les différents scénarios envisageables selon les scores n’ait été publié. Comment se défendre, dès lors, aux attaques en crédibilité des responsables du 6 Nations ? Comment envisager de confier l’organisation entière du rugby européen à des responsables incapables d’accomplir l’essentiel lors d’une competition : désigner son vainqueur.

Le mélodrame auquel nous avons assisté suite à la rencontre est malheureusement à des années lumières du niveau de préparation du final du Tournoi des Six Nations observé ce samedi. Autant les Gallois que les Irlandais avaient conscience, probablement même plus que les spectateurs, des moyens d’accéder au premier chapeau pour le tirage au sort de la Coupe du monde.

Malheureusement pour la Roumanie et la Géorgie, sur le terrain, la rencontre pour l’Antim Cup, très attendue par de nombreux observateurs, a accouché d’une souris. Balafré par les imprécisions, l’indiscipline et les maladresses, le match a déçu. Les deux équipes ne sont pas parvenues à hisser le niveau de jeu de la rencontre, et les intentions ont vite laissé place aux petits calculs, tricheries et sournoiseries. Au bout de quelques minutes, les discussions étaient permanentes sur toute les décisions de l’arbitre Ian Davies. Sans la sérénité nécessaire, il est apparu difficile pour les deux équipes de se concentrer sur la recherche de la performance.

La Roumanie ouvrait le score dès la 4ème minute sur une action opportuniste menée par deux joueurs. Alors que la Géorgie menait une attaque aux 50 mètres, Giorgi Nemsadze, présent à l’aile, se claquait sur son accélération. Catalin Fercu sortait astucieusement le ballon du regroupement pour Florin Surugiu. Ce dernier, flairant le bon coup, perçait la défense et tapait un long de coup de pied à suivre qui lobait Merab Kvirikashvili dans ses 22 mètres. Le rebond trompait alors complètement l’arrière géorgien et Florin Surugiu récupérait lui-même le ballon. Repris au bout de quelques mètres, il transmettait à Catalin Fercu, venu en soutien, qui éliminait les derniers défenseurs pour aplatir (5-0).

La transformation ratée n’était que le début d’un long calvaire pour Florin Vlaicu. Le buteur roumain manquait deux autres coup de pied idéalement placés lors de la première période. La sanction tombait en fin de mi-temps pour la Roumanie. Après une très longue séquence de jeu, malheureusement rare, Merab Sharikadze concluait en coin, bien décalé par Lasha Lomidze (5-7, 37e). La Roumanie manquait l’occasion de reprendre la tête en toute fin de période en étant repoussée devant la ligne géorgienne. Ian Davies renvoyait finalement les deux équipes aux vestiaires quand la Géorgie empêchait Sione Fakaosilea d’aplatir après avoir franchi la ligne.

Au début de seconde période, la Roumanie reprenait le dessus. Et tandis que les mêlées s’accumulaient, Florin Vlaicu permettait aux Chênes de reprendre la tête (8-7, 52e). Le rythme de la rencontre scotché au minimum, les points ne pouvaient venir que de pénalités âprement obtenues. La Géorgie en obtenait une quasiment face aux poteaux mais Merab Kvirikashvilli, manquait sa deuxième pénalité de la rencontre (70e). L’arrière géorgien envoyait une troisième pénalité sur le poteau quelques minutes plus tard (74e). Les Chênes parvenaient à maintenir la Géorgie dans son camp jusqu’à la fin du match et pouvaient savourer leur premier succès sur la Géorgie depuis 2010.

Crédits photo : frr.ro