La Roumanie fait le plein et envoie la Russie dans le néant

Dans un match crucial pour les deux équipes en vue de la qualification pour la Coupe du monde, la Roumanie a remporté un succès bonifié (10-30) en Russie.

Malgré les blessures et les défections, la Roumanie a trouvé les ressources nécessaires pour réaliser le coup parfait à Sotchi en prenant cinq points, chose inespérée avant la rencontre. La Russie s’enfonce dans la crise après une série sans fin de prestations décevantes. La Roumanie a profité d’une supériorité évidente sur les phases arrêtées. Malgré le retour d’Innokenty Zykov coté russe, la mêlée roumaine n’a pas failli, constituant une solide base de jeu tout le long du match. Elle a permis aux Chênes d’obtenir de nombreuses pénalités utiles pour renvoyer les Russes dans leur camp. En l’absence de Mihai Lazar, le Carcassonnais Ionel Badiu a marqué des points auprès de son sélectionneur. La touche roumaine, un temps chahutée, a fini par prendre l’ascendant, notamment grace à Johan Van Heerden, impérial. Au passage, Otar Turashvili s’impose comme un leader incontestable de l’équipe. En inscrivant le troisième essai roumain à la 71e, le talonneur de Colomiers pensait bien avoir donné les 5 points à son équipe. Il faut noter les débuts prometteurs de Sione Fakaosilea en sélection. Le joueur Baia Mare a été un danger permanent pour la défense russe et son activité en défense a bien aidé une troisième ligne affaiblie.

Coté russe, l’absence de réalisme a encore frappé. Le mal récurant d’Enisei-STM a logiquement atteint la sélection. En manque d’imagination et de vitesse, les Ours ont échoué à de nombreuses reprises devant la ligne roumaine. Les maladresses n’ont pas amélioré le constat : le collectif russe semble s’étioler de match en match. Le jeu planifié et perforant des russes a disparu. Leurs attaques, devenues prévisibles, a permis à la défense roumaine de briller. La titularisation surprise de Ramil Gaisin n’a pas changé la donne. Le mal est profond.

Comme un symbole, les deux premiers essais roumains inscrits par Ionel Badiu et Madalin Lemnaru sont venus d’erreurs grossières des Russes.  D’abord, Alexei Shcherban était contré par Andrei Gorcioaia dans son en-but. Ionel Badiu récupérait et aplatissait (7e). Puis, le coup de pied à suivre de Valentin Calafeteanu trompait la vigilance du demi-de-mêlée russe. Madalin Lemnaru prenait de vitesse Denis Simplikevich, écartait sans difficulté le plaquage de Yuri Kushnarev pour filer à l’essai (0-14, 27e).

Dans une fin de match étrange, la Roumanie a donc fait le plein. Alors que Valery Morozov finissait par inscrire un essai après une longue bataille devant le ligne (10-25, 79e), le match se prolongeait après la sirène. Les Russes qui n’avaient plus rien à espérer dans la rencontre ont tout perdu par orgueil. En refusant d’envoyer le ballon en touche, les Russes ont redonné plusieurs fois le ballon aux Roumains. Mais ces derniers, ironie du sort, ont fini par inscrire un quatrième essai sur une passe de Yuri Kushnarev -placé à l’ouverture- interceptée par Jody Rose. L’arrière russe, auteur d’un match catastrophique, était incapable de plaquer le joueur roumain qu’il avait pourtant rattrapé.

Avec ce succès bonifié, la Roumanie se relance complètement dans la course au Japon. Il est vraisemblable qu’on assiste désormais à un duel avec l’Allemagne pour la qualification directe, même si l’Espagne n’est pas hors course. La Russie est quant à elle quasiment éliminée. En ne prenant aucun point lors de son déplacement en Espagne et seulement quatre points en Belgique, il faudrait un retournement de tendance hautement improbable pour voir la Russie au Japon.