Enisei-STM humilie le représentant italien Mogliano

Dans une rencontre sans surprise confirmant l’incroyable dégradation du rugby italien, Enisei-STM a infligé une fessée historique (0-46) à Mogliano, en Italie.

On savait à quoi s’attendre ce samedi à Mogliano, restait à voir l’ampleur des dégâts. On peut d’hors et déjà dire que les Italiens ont évité le pire. Loin de jouer les premiers rôles en Eccellenza avec seulement 7 victoires en 15 matchs, Mogliano s’est retrouvé en demi-finale de Continental Shield plus par inadvertance que par réelle volonté. Profitant du système de poule alambiqué, Mogliano a remporté la poule B avec deux victoires et deux défaites. Quand, dans le même temps, Petrarca, actuel second de l’Eccellenza échouait à se qualifier en restant invaincu, devancé par Krasny Yar en poule A.

Enisei remporte ici le plus large succès de l’histoire d’un club russe en terre italienne. L’an passé, au même stade de la compétition, les Russes avaient balayé Rovigo, futur champion d’Italie (0-31 et 39-5).

Cette saison, il n’a pas fallu attendre 3 minutes de jeu pour voir Alex Mikhaltsov inscrire le premier essai des Sibériens sur un ballon d’école suite à une mêlée au 22 mètres. Quelques fautes de main empêchaient Enisei d’inscrire rapidement un nouvel essai. Le deuxième essai venait finalement par Anton Rudoy suite à une belle percée de Yuri Kushnarev (13e). Profitant d’une large supériorité athlétique, les Russes cassaient les plaquages italiens avec une facilité déconcertante. Denis Simplikevitch concluait une action de 80 mètres initiés par Kushnarev (17e). Malgré une défense italienne proche de la rupture, Enisei retombait dans ses problèmes d’efficacité devant la ligne et devait attendre la 35ème minute pour voir Yuri Kushnarev inscrire un quatrième essai.

Enisei se montrait toujours maladroit au retour des vestiaires et inscrivait un nouvel essai au bout de dix minutes par Vitaly Orlov sur une pénaltouche. Malgré une domination territoriale constante, les Russes ne passaient le cap des 30 points que dans le dernier quart d’heure. Mikhail Gachechiladze marquait en force après une mêlée à cinq mètres (34-0, 68e). Dans les dix dernières minutes, les trous dans la défense italienne devenaient béants permettant à Alexey Mikhaltsov d’incrire un doublé (73e). Valery Morozov concluait la marque après une longue série de temps de jeu (77e).

Le retour à Moscou le 22 avril prochain s’annonce compliqué pour les Italiens. Les Russes pourront se servir de la rencontre comme match de préparation avant le début de la RRPL.